Circulation à Antananarivo : les deux roues représentent une échappatoire face aux bouchons

A peu près 60 motos. C’est le chiffre de vente hebdomadaire affiché par les concessionnaires de motos neuves et les revendeurs de motos d’occasion à Antananarivo. L’on ne s’étonne donc plus que la circulation soit quasiment saturée par les deux roues. Les embouteillages monstres de la ville des milles représentent la principale cause de ce grand intérêt porté à l’utilisation des motos. Les plus présentes sont les « scooter » car elles consomment à peine de carburants et permettent aux conducteurs de se faufiler un peu partout entre deux voitures dans les rues étroites d’Antananarivo.

Rouler en moto : une alternative assurément économique

Le phénomène n’est pas prêt de s’arrêter étant donné qu’à ce jour, il n’existe aucune amélioration durable de l’état de la circulation à Antananarivo. Aux heures de pointe, les embouteillages sont devenus le pain quotidien de la population. Entre 7h et 8h le matin, 17h et 19h en fin d’après-midi, il faut à peu près deux à trois heures de trajet sur la route avant d’arriver à destination. Un temps de résistance aux bouchons qui se voit nettement réduit à 90% si l’on circule à moto plutôt qu’en voiture. Le trajet peut même s’avérer durer encore plus longtemps pour ceux qui prennent les transports en commun. Les embouteillages sont, non seulement frustrants et stressants, mais ils augurent également des dépenses supplées à consacrer à l’achat de carburant. En conséquence, l’on voue désormais un véritable intérêt pour les motos  à faible consommation à Madagascar dont, par exemple, celles commercialisées par Zontes.

Par ailleurs, même si la capacité énergétique d’une moto à une autre, une moto consomme nettement et moins de carburants qu’une voiture.

Parmi les modèles de motos les plus prisés dans la ville des milles : les « scooters ». Reconditionnée à neuf ou neuve, une moto scooter coûte indiscutablement moins chère qu’une voiture ou tout autre type ou catégorie de moto. En effet, les prix affichés varient de 500.000 Ar à 2.000.000 Ar. De plus, une moto de type « scooter » permet d’économiser en carburant. En effet, un scooter 50cc dont la puissance du moteur est à 2 temps consomme en moyenne 2,5L/100 pour 2L/100 pour un scooter à une motorisation de 4 temps. Un scooter de 100 cc d’une motorisation à 4 temps consomme en moyenne 2 à 3 L/100, 4 à 5L/100 pour un modèle à 2 temps. Et un scooter de 150 cc consomme, toujours en moyenne, dans les 3 à 5L/100.

Un excellent moyen d’échapper aux bouchons, mais nuisible…

Force est de constater qu’avec ces milliers de motos qui encombrent quotidiennement les rues d’Antananarivo, pollution et embouteillages vont de pair.  En effet, elles sont économiques, mais les motos scooters sont connues pour être davantage polluantes que les autres modèles de motos. Et pourtant, si bien modéré, la circulation des motos est censée être davantage écologiques comparée à celle des voitures car elles émettent moins de dioxyde de carbone.

Egalement, ce qu’il faut savoir c’est qu’à Madagascar, la vente de motos est une activité libéralisée et dérèglementée. Ce qui hausse davantage le taux d’achat des scooters, d’autant plus la loi n’exige pas de permis de conduire pour la conduite des engins d’une motorisation de moins de 50cc. Ce qui favorise malheureusement les accidents de la circulation mettant en cause ou impliquant les conducteurs de motos de type scooter. Les statistiques démontrent que 60% des accidents de la circulation à Antananarivo seraient causés par les scooters. Alors afin de limiter les accidents et de changer les choses, il est recommandé de conduire d’autres types de moto comme celles  « sportives » plutôt que des scooters. En effet, les autres types de motos, outre les scooters, sont conçus pour que le conducteur puisse mieux cerner les notions de vitesse par rapport aux réalités de la circulation.

moto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *