La Chine veut construire une station spatiale pour la consommation d’énergie solaire d’ici 2030

Le gouvernement chinois a annoncé l’objectif de construire une station spatiale dans le but de capturer et de relayer l’énergie solaire d’ici 2030, dans le cadre de l’objectif de réduire à zéro l’empreinte carbone du pays d’ici 2060. Le projet devrait tirer parti d’un parc cellulaire photovoltaïque dont la construction a débuté à la mi-2018, finalement paralysée au milieu des débats sur son coût, et a repris en juin de cette année.

Avez-vous vu cela : Les 7 caractéristiques d’un excellent écrivain

La Chine est constamment critiquée pour son volume élevé de pollution, provenant d’une énorme usine et d’une structure industrielle lourde qui imprègne le pays : plusieurs entreprises de l’industrie technologique emploient de la main-d’œuvre manufacturière chinoise pour l’assemblage de leurs produits électroniques, ce qui, malgré le filtrage et la réduction les mesures d’émissions mises en œuvre ces dernières années font toujours du pays l’un des plus polluants au monde – en moyenne, produisant 38,84 microgrammes de particules nocives par mètre cube d’air, selon Statista.

A lire aussi

A lire en complément : WPserver : le meilleur hébergeur pour les sites Wordpress

Le projet ambitieux de la Chine souhaite une station de capture de l’énergie solaire dans l’espace pour une transmission directe au centre de distribution sur Terre, mais il y a quelques faux pas à surmonter. Image : Jenson/Shutterstock

Le projet vise à positionner une station orbitale d’une capacité de 1 mégawatt (MW) d’ici 2030, de sorte qu’elle capte les rayons du soleil et redistribue l’énergie obtenue à la station solaire de la Terre suivante. La deuxième partie de ce processus, la station, devrait voir sa construction terminée d’ici la fin de cette année.

Avec l’ensemble en fonctionnement complet, l’objectif est que, d’ici 2049, année qui célèbre le siècle de la fondation du pays, il soit déjà en mesure de produire un gigawatt (GW). Aujourd’hui, la Chine dispose du même volume d’énergie provenant de son réacteur nucléaire principal, source qui, bien que plus propre que les centrales au charbon, génère toujours des déchets radioactifs.

L’idée de la Chine d’utiliser une station spatiale pour capter l’énergie solaire fait référence aux films de science-fiction, mais elle a une base valable : les stations au sol ne fonctionnent que pendant la journée. Et même cela dépend toujours d’un temps favorable.

Dans le cas de la Chine, la pollution qui salit le ciel et le temps froid ou pluvieux peut même interrompre le processus énergétique. Avec une station orbitale, ce problème est résolu, car rien n’empêche le soleil de se concentrer sur les cellules photovoltaïques.

Le principal obstacle est de prouver que la transmission de cette énergie de l’espace à la Terre fonctionnerait pleinement avec la technologie sans fil. Le concept existe depuis des décennies – initialement proposé par Nikola Tesla -, mais à ce jour, son application se limite à de courtes distances de transmission.

Les ingénieurs chinois veulent minimiser ce problème grâce à des systèmes de concentration de distribution. Là où Tesla s’est trompée, c’était en permettant de disperser l’énergie capturée dans La périments impliquant des ballons de 300 mètres (m) de haut. À la fin de l’année, ils veulent s’étendre à 20 kilomètres (km), avec un avion qui collecte les rayons solaires de la stratosphère, bien au-dessus des nuages et de la pollution

.

Un autre problème est le rayonnement micro-ondes généré par le « faisceau » énergétique : selon une étude menée par l’Université Jiaotong de Beijing, le seul moyen d’atténuer ce risque est de s’assurer que personne ne peut vivre à moins de 5 km des stations terrestres de capture. Les estimations indiquent que cela peut nécessiter d’importants travaux de rezonage de la part du gouvernement. Mais les tracas ne s’arrêtent pas là, car même les trains situés à 10 km peuvent rencontrer des problèmes tels que la perte de communication.

Selon le professeur Ge Changchun de l’Académie chinoise des sciences, le projet a reçu un soutien important du secteur de l’énergie : « La plupart des nouvelles sources d’énergie, telles que l’éolien et le solaire, ne sont pas stables. Et d’autres options, telles que la fusion nucléaire, sont encore incertaines sur le plan technologique. Ainsi, un système d’énergie solaire dans l’espace peut être un excellent choix stratégique ».

Général